La foi en la Trinité

La foi en la Trinité n’est pas un « casse-tête théologique ». Le mystère de la Trinité n’est
pas une invention des chrétiens, mais plutôt une révélation progressive que Dieu a faite de
lui-même au cours de l’histoire du salut. Même si le terme ne se trouve pas dans les saintes
écritures, la réalité, elle, se lit à chaque page du Nouveau Testament. Tout au long de son
ministère terrestre, Jésus n’a cessé de répéter qu’il est l’envoyé du Père et qu’il enverra
l’Esprit qui procède de son Père et de lui, Jésus. En quittant ce monde, c’est d’ailleurs au nom
de la Trinité qu’il demande aux disciples de baptiser ceux qui accueilleront son Évangile :
« Allez donc ! De toutes les nations faites des disciples, baptisez-les au nom du Père, et du
Fils, et du Saint-Esprit »
 (Mt 28, 19). Jésus nomme clairement les trois personnes de la Sainte
Trinité, vers lesquelles nous nous tournons à chaque Eucharistie pour notre profession de foi
« Je crois en Dieu, le Père tout puissant, en Jésus Christ son Fils unique, et au Saint-Esprit ».

La Trinité, ce n’est pas la révélation de trois dieux, mais bien l’affirmation d’un unique Dieu en
trois personnes. Selon la belle formule de saint Athanase, ce que nous vénérons dans ce
mystère, c’est « l’Unité dans la substance et la Trinité dans les personnes ; union sans
confusion et distinction sans séparation ».

Le Dieu un et trine, nous invite à entrer dans son amour, en changeant notre regard sur
l’autre. Ainsi donc, tout comme en Dieu l’unité ne s’oppose pas à la diversité, de même entre
nous, la différence ne doit pas être un facteur de division. Chacun d’entre nous a sa propre
personnalité appelée à s’épanouir grâce à la communion des uns avec les autres.
Que les baptêmes de ces jours-ci nous fassent redécouvrir la joie d’être enfants de Dieu,
d’être habités par l’amour infini du Père et du Fils et du Saint Esprit. Que la Trinité demeure
en chacun de vous.

Père Xavier