La solennité du Christ Roi

La solennité du Christ Roi de l’univers couronne toute l’année liturgique.

Après la première guerre mondiale le pape Pie XI pour affirmer qu’il existe un roi supérieur à tous, un roi des rois, source de vie, qui vient rassembler tous les hommes dans un royaume de paix et d’amour a voulu instaurer cette solennité. Cette fête vient clore l’année liturgique et c’est pour nous l’occasion de louer et de remercier le Christ pour son œuvre de salut dans chacune de nos vies et dans toutes les cultures. Aujourd’hui, la guerre en Ukraine, les hausses du coût de l’énergie, des denrées, l’inflation, tout cela peut nous mettre dans la peur de l’avenir. Voilà pourquoi nous voulons nous tourner vers Jésus et lui redire notre foi. Jésus nous dit que sa royauté n’est pas de ce monde, il se présente à nous assis sur ânon, son trône sera la croix.

Saint Paul nous offre une vision très profonde de la centralité de Jésus. Il nous le présente comme le « Premier-né de toute la création » : en lui, par lui et pour lui toutes choses furent créées. Et en lui toutes choses sont réconciliées. Seigneur de la création, Seigneur de la réconciliation.

Jésus est le centre de la création ; par conséquent, l’attitude demandée au croyant est de reconnaître et d’accueillir dans sa vie cette centralité de Jésus-Christ, dans ses pensées, dans ses paroles et dans ses oeuvres. Et ainsi nos pensées seront des pensées chrétiennes, des pensées du Christ. Nos oeuvres seront des oeuvres chrétiennes, des oeuvres du Christ, nos paroles seront des paroles chrétiennes, des paroles du Christ. Par contre, quand on perd ce centre, parce qu’on le substitue avec quelque chose d’autre, il n’en vient que des dommages autour de nous et pour nous-même.

Jésus est le centre de l’histoire de l’humanité, et aussi le centre de l’histoire de tout homme. C’est à lui que nous pouvons rapporter les joies et les espérances, les tristesses et les angoisses dont notre vie est tissée. Lorsque Jésus est au centre, même les moments les plus sombres de notre existence s’éclairent, et il nous donne l’espérance, comme cela arrive au bon larron.

La promesse de Jésus au bon larron nous donne une grande espérance : elle nous dit que la grâce de Dieu est toujours plus abondante que la prière qui l’a demandée. Le Seigneur donne toujours plus, il est tellement généreux, il donne toujours plus que ce qui lui est demandé : tu lui demandes qu’il se rappelle de toi, et il t’emmène dans son Royaume ! Jésus est bien le centre de nos désirs, de joie et de salut.

Père Xavier